Tout savoir sur le taux d’intérêt de microcrédit

Le microcrédit est destiné aux gens exclus du système bancaire classique. Le microcrédit permet de concrétiser divers projets et touche plusieurs secteurs. Par ailleurs, les taux d’intérêt de microcrédit sont compris entre 30 % à 70 % par an. Cet article donne quelques informations importantes sur le taux d’intérêt de microcrédit.

Le fonctionnement du taux d’intérêt de microcrédit

Avant de demander et bénéficier d’un microcrédit, il faut connaître le fonctionnement de son taux d’intérêt. Les taux d’intérêt des microcrédits sont généralement plus élevés par rapport à ceux d’un crédit bancaire. Ils permettent aux IMF (Institutions de Microfinance) de développer leur offre de services financiers. Ces taux doivent aussi couvrir leurs coûts de fonctionnement.

Ces frais comprennent le travail de différents agents de crédits. Ils incluent également leurs déplacements pour rejoindre les emprunteurs. Ces derniers sont parfois situés dans des endroits éloignés. Ces taux doivent également augmenter les fonds propres des IMF et recouvrir les pertes sur créances. En outre, les taux d’intérêt des IMF sont décomposés en quatre principaux composants.

On peut trouver les coûts opérationnels et les coûts relatifs aux pertes sur crédits. Il y a aussi les marges prises sur l’opération et les coûts sur les fonds prêtés.

Le principe de ces composants

Les coûts opérationnels désignent les frais de déroulement et de personnel des IMF. Pour effectuer toutes leurs transactions, les IMF utilisent de l’argent liquide. Pour collecter l’argent, elles doivent se déplacer occasionnant des coûts opérationnels conséquents. Ces derniers touchent notamment les véhicules et les agences. En général, les banques traditionnelles ne supportent pas ces coûts.

Ces frais sont souvent compris entre 10 et 25%. Quant aux coûts relatifs aux pertes sur crédits, l’IMF les maîtrise parfaitement. Comme les sommes prêtées sont relativement faibles, les IMF doivent garantir la stabilité de leurs activités. En microfinance, le taux de défaut doit se situer entre 1% et 2%. Ce taux s’applique à une entité financière performante. Pour les coûts sur les fonds prêtés, il s’agit d’épargne, de refinancements nationaux et internationaux.

Pour les refinancements nationaux/internationaux, le taux d’intérêt des IMF avoisine souvent le 10 %. D’après Micro Finance Hub, le coût des fonds prêtés est de 23% dans le taux d’intérêt souhaité.

Comment proposer un taux d’intérêt raisonnable ?

Plusieurs éléments sont réalisables pour que l’IMF propose un taux d’intérêt raisonnable. Pour cela, les frais opérationnels doivent être limités. Ils représentent généralement la charge financière importante pour l’IMF et influent sur le taux d’intérêt. L’IMF peut choisir plusieurs alternatives pour réduire au maximum ces frais. Il y a le renforcement de la professionnalisation de la direction et des équipes opérationnelles.

On peut aussi procéder au contrôle budgétaire de manière stricte et constante. On peut également utiliser un système de gestion performante pour corriger immédiatement une situation. L’IMF doit aussi être attentive sur la gestion de son PAR ou portefeuille à risque. De manière générale, le PAR à 30 jours (ou PAR30) doit être inférieur à 3%. Afin d’y parvenir, l’institution financière doit contrôler les remboursements des échéances chaque jour. Elle doit aussi disposer d’un système d’alerte fonctionnelle auprès des consommateurs en retard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *